L'édito de Jacques Yvert, président NDA

Alors que se profilent déjà les dernières semaines de l’année, liturgique du moins, que l’été est derrière nous, que les mois ont filé et que je n’ai, comme toujours, pas fait le quart de ce que je m’étais promis de faire, je voudrais partager avec vous deux réflexions qui m’ont récemment marqué alors que, parvenu à l’automne (de ma vie aussi déjà!), je constatais une fois encore ma misère:

“Les (autres) choses qui sont sur la terre sont créées à cause de l’homme et pour l’aider dans la poursuite de la fin que Dieu lui a marquée en le créant. D’où il suit qu’il doit en faire usage autant qu’elles le conduisent vers sa fin, et qu’il doit s’en dégager autant qu’elles l’en détournent. 

Pour cela, il est nécessaire de nous rendre indifférents à l’égard de tous les objets créés, en tout ce qui est laissé au choix de notre libre arbitre et ne lui est pas défendu; en sorte que, de notre côté, nous ne voulions pas plus la santé que la maladie, les richesses que la pauvreté, l’honneur que le mépris, une longue vie qu’une vie courte, et ainsi de tout le reste; désirant et choisissant uniquement ce qui nous conduit plus sûrement à la fin pour laquelle nous sommes créés” (Exercices Spirituels n°23).

La deuxième est du pape François, lui-même issu de la Compagnie de Jésus et familier des Exercices spirituels de Saint Ignace :

« Peu importe si tout semble déjà avoir pris un mauvais pli et si certaines choses sont désormais irréversibles. Dieu peut faire germer des fleurs dans les rochers. Même si notre cœur nous accuse, il « est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses » (1Jn  3, 20). »

Le mois d’octobre, mois du rosaire, s’ouvre sur la fête de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, aujourd’hui docteur de l’Eglise, c’est-à-dire reconnue universellement apte à nous instruire. Et ce qu’elle nous enseigne, c’est que Dieu est Amour, miséricorde infinie, que nous ne devons pas craindre de nous abandonner à sa Lui absolument pour tous les aspects de notre vie.

Quand tout semble derrière nous, que nous sommes saisis par la pauvreté de notre existence, de notre utilité, par nos échecs, le Christ est là qui nous attire encore vers son coeur et nous redonne encore et toujours sa Paix.

Notre-Dame du rosaire, que nous fêterons plus particulièrement le 7 octobre, nous nous tournons vers vous comme des enfants et nous vous confions toutes nos intentions. Priez pour nous !

Jacques Yvert, diacre permanent +

président 

Saint Joseph

L’année Saint Joseph

 

Le pape François a décrété une « année saint Joseph » qui a commencé le 8 décembre 2020 et se terminera

le 8 décembre 2021.

Nous pouvons, ce mois-ci, méditer devant « ce modèle d’époux et de père, qui unit la plus profonde humilité à la noblesse de l’âme. Il est droit, soucieux de justice, respectueux des lois civiles et religieuses de son temps, prudent et courageux, maître de lui, capable de retrouver du travail partout et de faire face à des imprévus comme la fuite en Égypte de nuit avec un tout petit et une jeune femme. » – Père Yannick Bonnet (+) – et faire notre cette prière de Saint François de Sales :

Saint Joseph,
Toi qui obéissant à l’ange a reçu la responsabilité
de prendre chez toi la mère du Sauveur Jésus-Christ, Donne-moi un cœur chaste et silencieux
Pour m’avancer sans crainte vers le Père éternel. Apprends-moi les chemins de la providence
Qui orientent toute ma vie vers l’amour de Dieu et du prochain. Dans ta bienveillance
Je te remets mon désir d’être disponible à l’Esprit Saint
Et de recevoir la fécondité que Dieu voudra bien m’accorder Pour sa plus grande Gloire.

Le calendrier liturgique du mois

7 octobre : Notre-Dame du Rosaire


En ce mois d’octobre, l’Église honore plus particulièrement Marie comme celle qui nous obtient les victoires dans les situations les plus difficiles.
Par le passé, ce sont en effet plusieurs batailles décisives qui ont été gagnées par la prière du Rosaire. La plus célèbre est celle de Lépante, le 7 octobre 1571 remportée sur les Turcs grâce à une chaine de prières conduite par le pape St Pie V qui décida d’instituer à cette date la fête du très Saint Rosaire, appelée encore fête de Notre-Dame des Victoires.


C’est par le Rosaire que St Louis-Marie Grignion de Montfort fortifia l’âme chrétienne de la Vendée au 18ème siècle.
En 1917, à Fatima, c’est Marie qui demande avec insistance qu’on prie le Rosaire pour sauver les âmes de l’enfer…
« Si tu heurtes le rocher des épreuves … Regarde l’étoile,
Dans l’angoisse et les périls, le doute, Invoque Marie,
Quand la nuit du désespoir te recouvre … Si tu la suis, tu ne crains rien !
Si ton cœur est englouti dans le gouffre, Regarde l’étoile, invoque Marie,
Emporté par les courants de tristesse… Elle te conduit sur le chemin ! »
chant de l’Emmanuel d’après une homélie de saint Bernard de Clairvaux. 

En ce mois du Rosaire, disons tous, en famille, notre chapelet.
Saint Jean-Paul II le demandait avec insistance :


« Le Rosaire, lentement récité et médité en famille, en communauté, personnellement, vous fera entrer peu à peu dans les sentiments du Christ et de sa Mère, en évoquant tous les évènements qui sont la clé de notre salut. » (Jean-Paul II, homélie, le 6 – 05 -1980)

jacques-Yvert
google-site-verification: googlefc8191ee3650582c.html

Une Minute avec Marie!

La petite Vierge de Nazareth a une place exceptionnelle dans le plan de salut de Dieu : son destin unique dans l'histoire de l'humanité est annoncé depuis les origines et son œuvre se poursuit jusqu'à la fin des temps.

  1. assise

    Pélerinage à Assise et à Notre Dame de Lorette

    21 mars 2022/8 h 00 min - 25 mars 2022/17 h 00 min