L'édito d'Alain Garnier, président NDA

André Garnier

Mai 2022

Les élections présidentielles s’achèvent en France, et emportent à nouveau avec elles un taux d’abstention record, qui eut sans doute été encore plus élevé s’il n’avait été encore question de « faire barrage à l’extrême-droite »… Encore un révélateur du désarroi profond qui mine notre société, avec pour origine, me semble-t-il, une absence de vision partagée de ce qu’est l’homme et de ses rapports avec ses semblables.
L’homme ne se reçoit plus (de son Créateur en particulier) : il se crée lui-même. Il est tenu d’explorer toutes les possibilités qui s’offrent à lui, sculpter son corps, choisir son sexe, élire ses relations, connaitre de nombreux partenaires, optimiser une carrière professionnelle nécessairement passionnante, regarder tous les films et toutes les séries, consommer sans modération (mais toujours de façon eco-responsable), vivre des loisirs hors du commun… Un modèle extrêmement tentant, qui fait la part belle au plaisir, mais (les journaux people le ressassent à l’envi) qui procure rarement un bonheur réel et durable. La chute est dure lorsque l’on se rend compte que l’on n’est pas Dieu…
L’homme a besoin d’un projet collectif à son échelle, un projet de société qui lui permette d’apporter sa pierre à l’édifice, modeste peut-être, indispensable sûrement, qui lui vaudra l’estime de ses concitoyens et (accessoirement) les moyens de vivre décemment ; un projet qui fera de nous des frères au service les uns des autres.
Le message de l’Eglise a bien du mal a passer en pareilles circonstances : trop radical sur certaines questions sociétales ?
Trop tiède sur les questions d’identité ? Chaque parti distillait dans son programme des aspects plus ou moins dérangeants. Le Mal n’est plus dans un bloc politique, il est dans tel ou tel détail – qui s’avère à l’examen n’en être pas un.
Et pendant ce temps, l’avenir de la planète et de l’humanité se joue, le défi est énorme, nous concerne tous – et peu nombreux sont ceux qui, du bas en haut de l’échelle, ont le courage de le regarder en face et d’assumer les possibles conséquences qu’il aura sur chacune de nos vie. Notre propre industrie fait le grand écart entre responsabilité sociétale (économies de carburant pour moins d’émissions, respect des sous-traitants, bien-être du personnel au travail…) et appétit de croissance (pour la plus grande satisfaction des clients avides de voyager, des salariés, dirigeants, actionnaires…).
Une grande lueur demeure pourtant : Christ est ressuscité, il nous ouvre le chemin et il nous envoie l’Esprit. Dieu n’a jamais abandonné son peuple.
Prions qu’il dissipe les ténèbres de nos esprits et de nos cœurs, et nous restaure comme ses enfants bien-aimés – en frères !

André Garnier Président de NDA

ascension

Calendrier liturgique du mois

 

8 mai : journée mondiale des vocations

« La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux » – Luc, 10, 2
En 2017, la France comptait 15 000 prêtres, contre 29 000 en 1995 : pratiquement moitié moins en vingt ans. Parmi eux, 17 000 (58 %) avaient plus de 65 ans et auront donc, dans dix ans, pris leur « retraite » ! Environ 800 prêtres meurent chaque année, alors qu’une centaine d’ordinations seulement sont célébrées.
« Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson ! » – Luc, 10, 2
  Prions avec confiance. Ne nous laissons pas voler notre espérance. Après les grandes persécutions de la Révolution, on a assisté à une remontée spectaculaire des vocations pendant la deuxième moitié du XIXème siècle, au point qu’à l’aube du XXème, plus de la moitié des missionnaires envoyés dans le monde étaient Français.
  L’appel au sacerdoce ou à la vie consacrée est un don de Dieu. Prions Marie, Mère de l’Église, pour qu’elle intercède pour les vocations. Prions pour nos familles pour qu’elles soient les berceaux de ces vocations.

26 mai : Ascension

C’est à l’Ascension, que Jésus annonce la venue prochaine de l’Esprit-Saint qui va transformer la vie des apôtres pour qu’ils puissent aller témoigner de leur foi :
« Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » – Ac 1, 8
Préparons-nous à recevoir l’Esprit-Saint, à accueillir ses dons ; qu’Il nous conforte dans notre mission de témoins.
L’Ascension, c’est aussi la promesse de son retour dans la gloire, la proclamation que l’avenir lui appartient :
« Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. » – Ac 1, 11
« Il reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts ; et son règne n’aura pas de fin ». – Credo

31 mai : Visitation

Alors qu’elle est elle-même enceinte, Marie n’hésite pas à entreprendre le voyage de Nazareth « vers la région montagneuse de Judée » (Lc 1,39) pour aller aider sa cousine Élisabeth, bien plus âgée qu’elle, pendant les derniers mois de sa grossesse.
À l’image de Marie, soyons attentifs aux besoins des autres et sachons nous mettre à leur service. Choisissons de faire un geste de consolation envers quelqu’un en difficulté.


google-site-verification: googlefc8191ee3650582c.html
Charente : deux Rafale se heurtent lors d'un meeting aérien ... See MoreSee Less
View on Facebook

Une Minute avec Marie!

La petite Vierge de Nazareth a une place exceptionnelle dans le plan de salut de Dieu : son destin unique dans l'histoire de l'humanité est annoncé depuis les origines et son œuvre se poursuit jusqu'à la fin des temps.