«Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres » Jn 15,9-17

 

C’est le seul est unique commandement que Jésus nous donne : nous aimer les uns les autres.

« Ce que je vous commande, dit Jésus, c’est de vous aimer les uns les autres…… »

Et cet amour que nous devons avoir, est basé sur celui du Père qui aime son Fils.

« Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés »….

Jamais Jésus n’utilise ce mot de « commander » sauf pour l’amour.

Ce qui veut dire, comme l’avait rappelé le Pape Benoît XVI : « l’amour pour un chrétien, n’est pas une option. »

Ce n’est pas comme pour un contrat d’assurance avec des clauses que l’on peut inclure ou non, suivant la somme que l’on va payer….  Ce n’est pas facultatif. Cela fait partie intégrante de notre nature de chrétien. Ce n’est pas non plus quand je veux, quand j’aurais le temps, quand je serai vieux !

Et si Jésus insiste, et utilise le terme de « commander », c’est bien que cela ne va pas de soi.

La nature humaine est d’abord égoïste, après avoir été au début de son existence égocentriste ».

C’est l’instinct de survie qui veut cela. Je pense d’abord à sauver ma peau, avant de penser aux autres.

C’est l’amour d’une mère va venir changer cette donne (déjà chez les animaux). Il va servir de référence aux générations qui vont suivre. 

Dieu lui-même dira pour nous montrer son amour à imiter : « Même si une mère abandonne son enfant, moi je ne t’abandonnerai jamais ».

Donc un seul et unique commandement : aimer, encore et toujours.

Très facile à dire, mon père, mais à vivre c’est autre chose ! Oui.

Aimer des gens qu’on connaît pas n’a pas de sens ! Aimer en « général » cela non plus n’a pas de sens ! Cela reste des paroles.

Mais aimer les autres qui sont au travail, aimer ceux qui sont dans mon quartier, aimer ceux que je rencontre dans la rue….

Tout le monde ne s’appelle pas Arnaud BELTRAME ou Maximilien KOLBE, qui ont chacun donné leur vie pour qu’une autre personne ne soit pas tuée…  Ce sont des héros, que nous appelons « des saints ». Nous au quotidien ce n’est pas pareil.

Saint Paul le savait déjà : « donner sa vie pour quelqu’un qu’on connaît et aime, passe encore,

Mais pour un inconnu ?! » Jésus le dit : « pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ». Et nous qui n’avons pas cette force, que faire ? Aimer, témoigner de l’amour.

Et Prier. Demander à Dieu d’écarter de nous le mal, la guerre, (on parle depuis plusieurs temps de guerre…). Demander à Dieu de nous aider à rester dans la paix, pour nous et nos enfants, les générations qui suivent.

Pourquoi je dis : prier ? Parce que l’on cherche à évacuer Dieu de l’espace de vie, et l’on voit le résultat. Demandons lui car nos seules forces ne suffisent pas. On le voit bien sur la surface du monde. Et confions cela aussi à sa Mère, à notre Mère, à la « Mère de l’Eglise » célébrée le lundi de Pentecôte.

Par Philippe Vanneste

Fermer le menu

×
×

Panier